↑ Retour à Album

Precambrian

Precambrian (2007)

Voici le chef d’œuvre de The Ocean, l’album qui les a propulsés au rang des groupes de première ligne européens. Precambrian est de loin leur album le plus complexe, torturé, profond, cohérent, difficile d’accès… Quasiment tous les adjectifs accolés à cette pépite doivent être vus avec un superlatif. Cependant, des adjectifs comme redondant, pompeux ou inintéressant n’ont rien à faire là. Precambrian est une œuvre colossale, tellurique et insondable. Le genre de disque que l’on ne peut comprendre qu’en s’y immergeant totalement. Un album abouti de bout en bout : du concept complexe et passionnant, à la réalisation sans faille, jusqu’à la création graphique impeccable. Bref, Precambrian devrait être mis au panthéon des œuvres artistiques majeures : conceptuelle, atypique, intemporelle, dévastatrice et totale.
.

Versions de l’album
  • CD digipack (deluxe european version) (Metalblade – 2007) :
    Tiré à 7 224 exemplaires.
    Les faces avant et arrière du digipack sont trouées (en forme de bulles) et laissent entrevoir les visuels dessous (feu et lave). Il contient 2 livrets (4 et 8 pages) sur papier glacé, les differences de vernis font apparaître des citations et le titre des chansons selon les reflets de la lumière. Le digipack se déplie en 3 volets et contient les 2 cd empilés. Hadean/Archean est un mini CD aux bords transparents, Proterozoïc est un CD noir.
  • CD boîtier cristal (Metalblade – 2007) :
    La version CD adapte l’artwork de la version digipack. Elle comprend les 2 livrets sur un type de papier différent (non glacé) et sans différence de vernis, le CD de Proterozoïc n’est pas noir.
    Une version existe aussi avec les 2 CD normaux. Un seule livret et un verso différent (emplacement du code barre).
  • Vinyl (Garden Of Exile/Throne Records – 2007 / Pelagic Records – 2009) :
    Tiré à 1 500 exemplaires :
    1er pressage : vinyls rouge, orange et gris (1 000 ex)
    2ème pressage (Pelagic) : vinyls rouge, vert olive et noir (500 ex)
    – Test press (5 ex – non disponible à la vente)
    Le vinyl est une pochette à 2 volets percés de la meme manière que le digipack. Les vinyls sont insérés dans des pochettes aux couleurs de l’artwork. Les credits et paroles sont sur 2 inserts de couleurs métalliques.
    … et voici les test press.
Titres

Disque 1 : « Hadean/Archaean »

  1. Hadean [The Long March Of The Yes-Men] (3:38)
  2. Eoarchaean [The Great Void] (4:46)
  3. Palaeoarchaean [Man And The Sea] (2:46)
  4. Mesoarchaean [Legions Of Winged Octopi] (5:20)
  5. Neoarchaean [To Burn The Duck Of Doubt] (5:24)

Disque 2: « Proterozoic »

  1. Siderian (1:57)
  2. Rhyacian [Untimely Meditations] (10:57)
  3. Orosirian [For The Great Blue Cold Now Reigns] (6:29)
  4. Statherian (5:58)
  5. Calymmian [Lake Disappointment] (8:19)
  6. Ectasian [De Profundis] (8:58)
  7. Stenian [Mount Sorrow] (8:20)
  8. Tonian [Confessions Of A Dangerous Mind] (7:18)
  9. Cryogenian (/)
    .
Crédits
  • Produit par Robin Staps.
  • Co-produit par Jonas Olsson.
  • Musique écrite par Robin Staps sauf Siderian (Robin Staps et Tomas Svensson).
  • Paroles écrites par Robin Staps sauf Hadean (Ray J. Shaw), Eoarchean (Mike Pilat), Paleoarchean (Charles Baudelaire), Mesoarchean (Comte De Lautréamont), Rhyacian (Comte De Lautréamont , Friedrich Nietzsche), Ectasian (Georg Trakl).
  • Enregistré par Jonas Olsson (guitare et batterie) au studio 57 à Alateveli (Finlande), Andrew Thomas (chant de C. Scofield) aux Dios Moi Studios à Los Angeles (USA), Stefan Sundkvist (chant de T. Hallbom) au Studio Kronan à Luleå (Suède), John Winters (chant de J. Emry) aux Sasquatch studios à Seattle (USA), le chant d’E. Kalsbeek à été enregistré dans la maison de Bart en Hollande, Tomas Svensson (saxophone et autres samples de Siderian) à Audio ZooBerlin (Allemagne), Robin Staps (tout le reste) à Oceanland à Berlin (Allemagne).
  • Hadean/Archean a été mixé par Jonas Olsson en aout 2007 à Victory Audio à Kokkola (Finlande).
  • Proterozoïc a été mixé par Andrew Schneider à Translator Audio à New-York (USA).
  • Masterisé par Nick Zampiella à New Alliance East Mastering à Cambridge (USA).
  • Concept artistique par Robin Staps, designé par Martin Kvamme.
    .
Line-up
  • Torge Ließmann (batterie, percussion)
  • Matt Beels (guitare)
  • Robin Staps (guitare, percussion, chant, sample)
  • Walid Farruque (guitare lead sur « Eoarchaean / The Great Void »)
  • Hannes Huefken (basse)
  • Jonathan Heine (basse)
  • Stefan Heinemeyer (violoncelle)
  • Daniel Eichholz (Glockenspiel)
  • Karina Suslov (violon)
  • Christoph Von Der Nahmer (violon)
  • Katharina Sellheim (piano)
  • Jonas Olsson (tambourin)
  • John Gürtler (saxophone)
  • Michael “Mike” Pilat (basse/chant)
  • Nico Webers (chant)
  • Nate Newton (chant)
  • Eric Kalsbeek (chant)
  • Meta (chant)
  • Rene (chant)
  • Jason Emry (chant)
  • Dwid Hellion (chant)
  • Jan Oberg (chant)
  • Caleb Scofield (chant)
  • Tomas Hallbom (chant)
    .
Anecdotes
  • Le concept repose sur les différentes périodes terrestres et plus particulièrement sur l’ère du précambrien, qui s’étale de la création de le Terre jusqu’au début de l’ère primaire (soit de -4567 à -542 millions d’années). Le precambrien est divisé en différentes périodes : l’hadéen, l’archéen (CD1) et le protérozoïque (CD2). Chacun des morceaux représentant un sous age de ces périodes.
    A priori, les paroles ne sont par contre par en rapport avec cela. Le concept se perçoit plutôt dans une gradation musicale. Les périodes de l’Hadéen et de l’Archéen (CD1) correspondent à la création d’une Terre alors en fusion et en proie aux mouvements volcaniques intenses, les chansons y sont les plus violentes. Le protérozoïque (CD2) est une période de stabilisation graduelle, avec la formation d’une croute terrestre et un affaiblissement de l’activité volcanique. La musique se fait alors moins brutale, plus travaillée avec l’incursion d’orchestrations.
  • C’est l’album qui possède le plus grand nombre de musiciens et le plus grand nombre de chanteurs de toute la discographie du groupe.
  • Si vous regardez les crédits, vous vous apercevrez que l’album fut un véritable casse tête a réalisé, c’est aussi celui qui a necessité le plus de temps… Certaines chansons ont nécessité jusqu’à 120 pistes d’instruments.
  • Chaque chanson possède 2 titres (sauf les instrumentaux) un en rapport au concept général et un en rapport avec les paroles.
  • Les chansons ont même eu un 3ème titre provisoire. En fait, il s’agissait de titre de travail temporaires avant qu’il n’y ait des paroles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>