↑ Retour à Album

Aeolian

Aeolian (2005)

Robin Staps l’avait annoncé, FluXion n’était que la première partie d’un diptyque. La seconde partie se focaliserait sur un aspect plus rude et sauvage. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas menti. Aeolian est brutal et violent : les premières secondes clostrophobiques de « The city in the sea » parlent d’elles même. Il se démarque de FluXion par des titres plus directs, une quasi absence d’orchestration et une foison de chanteurs aux registres puissants. D’ailleurs niveau chant, The Ocean se paie le luxe du casting all-star avec Thomas Hallborn de Breach, Nate Newton de Converge et Sean Ingram de Coalesce.
Même si le maître mot n’est pas la finesse, la structure de certains morceaux reste complexe. Le son est littéralement écrasant et certains passages sont d’une lourdeur oppressante  inédite.
Cependant Aeolian a été globalement moins bien accueilli, sans doute par son apparence moins travaillée et moins profonde. Aeolian reste un excellent album, certe bourrin mais qui contient son lot de surprises dantesques (aaah Queen of the food-chain…). Preuve s’il en fallait que mélodique ou non, The Ocean se sent à l’aise dans un large registre.
.

Versions de l’album
  • CD jewel case avec fourreau (Metalblade – 2005) :
    Le fourreau est blanc avec impression dorée. Le livret de 8 pages est fait de 2 types de papier différents avec une impression dorée des textes et visuels.
  • CD jewelcase (version dite « US ») (Metalblade – 2005) :
    La version US est identique mais n’a pas de fourreau.
  • Coffret vinyle (Throne Records – 2005) :
    Réédition de Fluxion et Aeolian en un seul coffret.
    Tiré à 1 600 exemplaire :
    – 1er pressage : transparent, bleu transparent et bleu clair transparent (1 000 ex)
    – 2ème pressage : blanc, noir et gris (500 ex)
    – 3ème  pressage : les 3 vinyls sont noirs (100 ex)
    – Test press (non disponible à la vente 5ex)
    Coffret 2 volets avec un nouvel arwork, 3 vinyles. Un poster est inclus sur papier épais et encre dorée.
    … et voici le test press acheté sur eBay (5/5) !
  • Exemplaire Promo
    Fourreau single.
Titres
  1. The City In The Sea (7:33)
  2. Dead Serious And Highly Professional (1:28)
  3. Austerity (9:40)
  4. Killing The Flies (7:13)
  5. Une Saison En Enfer (4:58)
  6. Necrobabes.com (2:14)
  7. One With The Ocean (2:35)
  8. Swoon (5:00)
  9. Queen Of The Food Chain (7:10)
  10. Inertia (6:42)
    .
Crédits
  • Produit, enregistré, arrangé et écrit par Robin Staps sauf « The city in the sea », poème de E.A. Poe ; « Necrobabes.com », contient un sample de Nocturnes de F. Chopin, « Swoon » contient un sample de The Sound of the Sea de J. De Mello ; « Queen Of The Food Chain » contient un sample de Agni Parthene chanté par les chœurs du monastère Simonos Petra.
  • Enregistré à Oceanland (Berlin)
  • Masterisé par Magnus Lindberg aux Tonteknik studios à Umea (Suède)
  • Artwork par Martin et Svein Kvamme
    .
Line-up
  • Jonathan Heine (basse)
  • Meta (chant)
  • Nico Webers (choeurs)
  • Torge Ließmann (batterie)
  • Robin Staps (guitare)
  • Gerd Kornmann (Percussions/outils !)
  • Ercüment Kasalar (chant)
  • Carsten Albrecht (chant)
  • Nate Newton (chant)
  • Sean Ingram (chant)
  • Tomas Hallbom (chant)

Musiciens Additionnels live :

  • Nils Lindenhayn (visuels)
  • Gordon Hünies (basse)
  • Andreas Hillebrand (guitare)
  • Yuky Ryang (violoncelle)
    .
Anecdotes
  • L’enregistrement de l’album s’est étalé de janvier 2004 à juillet 2005.
  • Dans les notes de line-up, chaque chanteur est crédité en fonction de leur type de chant, par exemple Meta est crédité de “Meaty howls” (hurlement profond) ou Sean Ingram de “profond mugissement” !
  • C’est la deuxième et dernière partie du diptyque (Fluxion/Aeolian).
  • Aeolian se démarque de Fluxion par sa quasi absence d’orchestration.
  • QOTFC est chantée par Sean Ingram, chanteur du groupe Coalesce.
  • Avant l’arrivée de Loïc Rossetti au chant, le groupe interprétait QOTFC avec les parties vocales de la version EP et non album.  Il semble que la ligne vocale de Sean Ingram (Coalesce) sur la version album soit relativement éprouvante et compliquée. Du coup, personne ne la chantait. Ne le sachant pas, Loïc a appris la version album avant de l’interpréter avec le groupe. Aujourd’hui, c’est donc bien la version album qui est interprétée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>