↑ Retour à Album

FluXion

FluXion (2004)

Fluxion remasterisé (2009)

Non content d’avoir sorti un Fogdiver qui avait fait parler de lui l’année précédente. The Ocean se lance, en 2004, dans un projet ambitieux de double album. Un premier diptyque comme le groupe saura en offrir pour ses albums suivants. Ainsi, FluXion est le premier né d’un tandem annoncé. L’album est riche, voir très riche, avec une orchestration bien présente servant des compositions alambiquées et tortueuses. Globalement, l’album présente le côté le plus mélodique et progressif du groupe. Les voix font également leur grand retour apportant une touche plus brute à l’ensemble. FluXion est un grand album maîtrisé et signé. Pourtant Robin Staps décidera quelques années plus tard de le rééditer et de l’améliorer : réarrangement de certains titres, ajout de nouvelles parties vocales par Mike Pilat. Perfectionniste, Robin souhaitait se rapprocher au maximum du rendu qu’il n’avait pas pu obtenir à l’époque. Quoi qu’il en soit, FluXion est une des pièces maîtresse de la discographie du groupe et l’album qui va véritablement les révéler sur l’avant de la scène metal.
.

Versions de l’album
  • CD digipack (Make My Day / Throne Records – 2004) :
    Tiré à 3 000 ex.
    Le tirage est inconnu, mais ce digipack est aujourd’hui très difficile à trouver.
    Digipack 4 volets sans livret. Les paroles, crédits et des éléments du visuel sont imprimés avec des vernis (ils apparaissent en surimpression en fonction des reflets de la lumière).
  • CD jewel case avec fourreau (Pelagic Records – 2009) :
    Tiré à 2 000 ex.
    Le fourreau est noir avec impression argentée. Cette réédition bénéficie d’un nouvel artwork en coherence avec celui d’Aeolian. Un livret 8 pages a été ajouté avec 2 types de papier différents et une impression argentées des textes et visuels.
  • CD jewel case avec fourreau US Version (Metalblade – 2009) :
    Le fourreau est noir avec impression argentée mais avec la tracklist et un agencement des éléments différent. Le CD est blanc. Le livret 8 pages est imprimé avec un seul type de papier mais toujours en encre argentée.
  • Coffret vinyle (Throne Records – 2006) :
    Réédition coffret Fluxion et Aeolian en un seul coffret.
    Tiré à 1 600 exemplaire :
    1er pressage : transparent, bleu transparent et bleu clair transparent (1 000 ex)
    2ème pressage : blanc, noir et gris (500 ex)
    3ème  pressage : les 3 vinyls sont noirs (100 ex)
    – Test press (non disponible à la vente 5 ex)
    Coffret 2 volets avec un nouvel arwork, 3 vinyles. Un poster est inclus sur papier épais et encre dorée.
    … et voici le test press acheté sur eBay (5/5) !
  • Exemplaire promo
Titres
  1. Nazca (4:52)
  2. The Human Stain (8:39)
  3. Comfort Zones (4:00)
  4. Fluxion (4:21)
  5. Equinox (4:19)
  6. Loopholes (1:30)
  7. Dead On The Whole (5:06)
  8. Isla Del Sol (9:14)
  9. The Greatest Bane (14:33)
    .
Crédits
  • Ecrit, produit par Robin Staps
  • Enregistré à Oceanland (Berlin)
  • Masterisé par Michael Schwabe aux studios MONOPOSTO (Cologne)
  • Mixé par Alex Hornbach et Robin Staps
  • Artwork par Alonso Urbanos et Robin Staps

Crédits Additionnels de la réédition :

  • Remixé et masterisé par Julien Fehlmann au studio Mécanique (La Chaux-de-Fonds)
  • Voix additionnelles enregistrées au studio The bloodstained vault (Warrington)
  • Artwork de la réédition par Martin et Svein Kvamme
Line-up
  • Jonathan Heine (basse)
  • Rebekka Mahnke (violoncelle)
  • Nico Webers (choeurs)
  • Torge Ließmann (batterie)
  • Robin Staps (guitare/samples/arrangements)
  • Gerd Kornmann (Percussions/chant)
  • Thomas Herold (choeurs)
  • Markus Gundall (chant)
  • Alex Roos (choeurs)
  • Tove Langhoff (clarinette)
  • Demeter Braun (violon)
  • Meta (chant)
  • Andreas Hillebrand (guitare live additionnelle)

Musicien additionnel pour la réédition :

  • Michael « Mike » Pilat (chant)
Anecdotes
  • L’enregistrement de l’album a pris 4 mois, ce qui est assez court comparé aux habitudes du groupe.
  • La première version de Fluxion s’écrit en fait « FluXion » avec X majuscule.
  • Dans les notes du livret, Meta est crédité de Zarathustra (un prophète antique), Markus Gundall en tant que Dionysos (dieu de la vigne et du vin !), tandis que les choeurs sont crédités de “révérends additionnels”.
  • Seules quelques parties vocales ont été réenregistrées par Mike Pilat, il ne figurait pas au line-up de l’album original. Pilat, who joined the band in 2007, entirely re-recorded the vocals for this album in early 2009 in his own style. He was not part of the original line-up of the 2004 version. The original version featured Meta as main vocalist, with additional vocals contributed by Markus Gundall.
  • Deux titres ont été légèrement réarrangés par Robin Staps “The human stain” et “Isla del sol”. D’après Robin, il y a 2 changements mineurs dans chacune de ces chansons, seuls les experts s’en apercevront !
  • La réédition de l’album est la première sortie du label de Robin Staps, Pelagic Records.
  • La réédition vinyle contient la version originale de « FluXion ». La version remastérisée n’existe qu’en CD.
  • Pour la réédition, un line-up live est crédité. On retrouve alors quasiment la formation stabilisée qui enregistrera Heliocentric/Anthropocentric : Luc Hess, Louis Jucker, Jonathan Nido et Julien Fehlmann. Un certain Flat F est également dans les crédits au poste de jongleur (?!).
  • Dans les exemplaires promo distribués par le label Make My Day, Fluxion est titrés « Rebirth of Tragedy ». Erreur ou nom initial ?
  • Dans le pressage vinyl, la chanson « Comfort Zones » est appelée  « My Principle Of Charity ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>