↑ Retour à The Ocean

Biographie

6

Plutôt que de réinventer la roue et de produire une biographie de mon cru et ainsi me risquer à des approximations, je préfère me baser sur de l’existant. Cette biographie est une traduction de la biographie officielle mise à jour en 2011. On peut en trouver de plus anciennes sur le site officiel du groupe, et la traduction de la bio 2010 ici. En plus de résumer l’histoire du groupe à l’essentiel, elle est plutôt drôle et permet de mieux comprendre les récentes transformations du groupe.

Voir les guitaristes de The Ocean Robin Staps et Jonathan Nido sauter ensemble dans un public déconcerté, au dessus d’une fosse de bien 2 mètre de large ou plus, est une expérience, c’est le moins que l’on puisse dire… Aucune sono n’est trop haute pour les empêcher de la gravir et de sauter, et c’est un miracle qu’ils ne se soient jamais casser le coup, même pas une cheville durant leur manœuvres scéniques audacieuses et pleine d’adrénaline…

Mais la pure brutalité n’est pas, et de loin, tout ce qui fait le groupe : 5 Silhouettes, des corps rétro-éclairés qui bougent frénétiquement devant un monstrueux système d’éclairage LED, les flashs synchronisés à chaque changement de rythme ; les vidéos, l’éclairage et plus que tout, la musique – orchestrale, dense et épique – contribuent à cette ambiance qui distingue The Ocean de la plupart de leurs pairs dans le domaine des musiques extrêmes modernes. Ce jeu « Lynchien » entre ténèbres et dynamisme permet à l’auditeur de se perdre facilement dans les sombres sphères océaniques.

L’origine du groupe remonte à 2001, lorsque Robin Staps décide de louer le sous-sol d’une ancienne usine d’aluminium de la Seconde Guerre mondiale dans le coeur de Berlin-Kreuzberg. Après quelques semaines de travaux, « Oceanland » était né. Un vaste complexe souterrain de studio d’enregistrement et de chambres à coucher, où de nombreux membres de The Ocean vont passer la plus grande partie de leur vie pendant les quelques années suivantes. Les shows du groupe ont été conceptualisés et améliorés ici. Au fil des ans, un collectif de musiciens venant aussi bien du classique que du rock s’est formé autour de Staps. Quatre albums ont été enregistrés à Oceanland, avant que le groupe n’en soit expulsé en 2008.

Il est inutile d’essayer de se souvenir de tous les anciens membres de The Ocean. Ils ont du être environ 30 à 40 au total. Personne ne se souvient exactement de chacun d’entre eux. Certains sont peut-être mort ou ont sombré dans l’alcool, d’autres peuvent être encore en vie mais ont mystérieusement disparu à un moment donné, même au cours de tournées…

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, quand on essaie d’imaginer les conditions de la première tournée du groupe. Je me souviens de leur concert dans un parc à roulottes anarchique d’Osnabrück, en Allemagne, par une nuit sordide de Février 2002. L’un d’entre eux s’était cassé la cheville en se coinçant la jambe entre deux planches de la « scène-palettes » au beau milieu d’une tente non chauffée. Les 12 punks présents dans le public n’en avaient rien à foutre. Après le concert, l’un d’entre eux était tellement ivre qu’il s’est endormi à seulement quelques centimètres du feu de camp à l’extérieur et a failli mourir brûlé.

Je me souviens d’un concert à Torun, en Pologne, avec un public composé de deux personnes, l’un d’eux étant le propriétaire du bar… Je me souviens me réveiller dans une chambre de 20 m² avec 15 autres personnes, à côté d’un ex-membre du groupe complètement bourré qui s’était pissé dessus -et sur moi- alors que nous étions endormis tous les deux…

Malgré toutes ces premières difficultés et le line-up en constante évolution, The Ocean Collective a sorti 6 albums studio encensés par la critique au cours des 6 dernières années. Les éloges concernant leur opus concept de 80 minutes « Precambrian » (2007) se sont répandues comme une traînée de poudre dans la communauté métal : « Épique par l’ampleur et sans faille dans l’exécution, Precambrian confirme The Ocean comme l’un des groupe les plus passionnants de la musique extrême moderne. Voici un album métal hallucinant, haut sur une échelle wagnérienne », Rock Sound (UK). « Ambitieux et épique, dense et orchestrale, le dernier album métal du premier de l’Allemagne du premier ministre pensée collective The Ocean dispose d’une gamme étourdissante de styles musicaux et vocaux, du prog Mastodonien, jusqu’aux explosions dévastatrices d’un Fear Factory, en passant par l’électro éthérée ou les magnifiques instrumentations classiques », a ajouté AMP (USA), tandis que décibel (USA) trouve l’album « …passionnant au point où les mots ne sont pas nécessaire. The Ocean est aux Sciences de la vie et de la Terre, ce que Mastodon est pour Melville (NDLR : l’auteur de Moby Dick) : un apprentissage brutale ».

Après plus de 650 concerts partout dans le monde, en première partie de groupes comme Opeth, Anathema, Between the Buried and Me, Dillinger Escape Plan, The Black Dahlia Murder et Cult Of Luna, et avec succès en tête d’affiche de tournées en Europe et aux États-Unis (accompagné de Kylesia), l’arrivée du chanteur Loïc Rossetti marque la dernière étape d’un développement récent au sein du groupe. Après 8 ans d’existence, The Ocean est passé d’un collectif à un groupe. « Les personnes avec qui je travaille actuellement, sont celles que j’ai toujours cherché et, naturellement, tout le monde est beaucoup plus impliqué que jamais », commente Staps.

Loïc Rossetti remplace Nico Weber, qui a rejoint le groupe War From A Harlot’s Mouth et Mike Pilat, qui a quitté le groupe car il ne voulait plus laisser les tournées être une partie intégrante de sa vie. Toutefois, le collectif n’est pas mort. L’album Heliocentric (2009) propose le plus grand nombre de musiciens additionnels à ce jour, principalement des musiciens classiques. Avec 4 membres suisses dans le groupe, The Ocean a trouvé un nouveau foyer dans la plus haute ville d’Europe, La-Chaux-de-Fonds (bien que Staps vive toujours à Berlin).

The Ocean a sorti son double opus en 2010 : le diptyque sorti séparément « Heliocentric » (avril 2010) et « Anthropocentric » (novembre 2010). Cet énorme travail conceptuel a pris prés de 2 ans pour être terminé. D’un point de vu lyrique et artistique, les albums représentent un critique fondamentale et philosophique du christianisme. Les 2 albums ont remporté des critiques élogieuses partout dans le monde, y compris un « album du mois » dans l’édition allemande, italienne et grecque de Metal Hammer, ainsi qu’une couverture du numéro de décembre de l’édition anglaise de Metal Hammer/Subterranea. AMG Magazine (Etats-Unis) a déclaré que : « c’est à ce jour la déclaration la plus avant-gardiste de The Ocean, et il se présente comme l’enregistrement le plus cohérent et intègre qu’ils ont émis à ce jour », Rock Sound (Angleterre) a trouvé l’album : « luxueux, tectonique, ingénieux, calculé, charismatique, entreprenant, habile, inventif, effréné, fascinant et poignant. Si tout cela ne vous convainc pas d’au moins jeter une oreille, alors, sérieusement, allez vous faire foutre. » Rock Sound (9/10).

En 2011, The Ocean a commencé par une tournée de 3 mois, d’abord en support de Between the Buried and Me aux Etats-Unis et au Canada, puis en Europe en tête d’affiche en partcipant au Friction Tour avec Red Fang et Intronaut. Ils ont joué dans la plupart des grand festivals européens comme le Hellfest (France), Dour (Belgique), Summer Breeze (Allemagne), Greenfield (Suisse), Metal Camp (Slovénie), VNV (Suisse), etc. En septembre et octobre, le groupe est parti en tournée en Chine et à Hong Kong pour la première fois. Puis en octobre et novembre, The Ocean est reparti aux Etats-Unis en support de Devin Townsend, just avant une autre tournée en Angleterre, France et Suisse.

Pour 2012, The Ocean est parti un mois entier pour une grande tournée en Russie, Ukraine et Biélorussie. L’énorme tournée « Heliocentric/Anthropocentric » s’est finalement terminée par des dates en Thaïland et une tournée en Australie en mai. Aujourd’hui, le groupe est occupé à travailler sur de nouvelles compos pour le prochain album et finir le triple DVD « Collective Oblivion » qui devrait sortir début 2013 chez Metalblade.

Pour les plus pressé le Wiki Anglais sur The Ocean synthétise également tout cela très bien.